↑ Revenir à Le fermier

Parcours de formation

BP REA

J’ai effectué le BP REA en 2 ans à la MFR de l’Orléanais. La première année m’a permis de valider 3 modules et je les ai suivis sur les 20% de temps partiel de mon boulot. Le gros de la formation s’est déroulé durant un congé individuel de formation obtenu auprès du Fongecif de la Région Centre.

Fongecif

Entretien, dossier avec lettre de motivation, passage en commission et avis… Voici le parcours à suivre pour savoir si la demande de Congé Individuel de Formation (CIF) est acceptée ou non.

Voici la lettre de motivation écrite pour la commission paritaire au format PDF.

Résultat négatif… Je ne suis pas prioritaire pour être financé.

Heureusement, il y a une commission de recours. Ceux qui sont très motivés, ceux qui sont prêts à écrire une deuxième lettre peuvent le faire et indiquer tout ce qui a été entrepris ou fait depuis la demande initiale. Alors seulement, il reste une petite chance d’être repêché. Je suis très motivé alors je fais une deuxième lettre et j’y mets tout ce que j’ai.

Cette fois, le résultat est positif : je vais pouvoir suivre …

La formation BP REA

en cours de rédaction. Je détaillerai ici le contenu de la formation.

Wwoofing

Le WWOOF est un acronyme anglais pour « World-Wide Opportunities on Organic Farms ». C’est un échange entre des volontaires qui viennent travailler un moment sur une ferme et un agriculteur qui offre le gîte et le couvert.

Le wwoofing est donc l’occasion d’apprendre, d’acquérir de l’expérience pratique au contact de maraîcherEs installéEs, de partager leur quotidien de producteur. Une bonne manière pour moi de me tester pour savoir si le travail me convenait autant moralement que physiquement.

J’ai d’abord fait 6 semaines pendant l’été 2009 chez une maraîchère installée depuis une vingtaine d’années. Cela s’apparentait un peu pour moi à un stage pratique entre mes deux années de formation BP REA. J’ai également travaillé 2 autres semaines durant l’été 2010, chez une maraîchère installée récemment.

En plus des stages effectués durant la formation, ces 2 périodes m’ont permis d’appréhender concrètement le métier. Même si elles n’ont pas duré assez longtemps pour acquérir déjà l’expérience suffisante, ces semaines ont été particulièrement formatrices et je remercie vivement les maraîchères qui m’ont accueilli.

L’idéal pour acquérir l’expérience suffisante est de pouvoir suivre le jardin durant une année complète donc de pouvoir être salarié pendant un an chez un producteur. Hélas, ils ne sont pas très nombreux en bio dans le coin et cela n’a pas pu se faire pour moi.

En tout cas, je vous conseille l’expérience du wwoofing. Testez le réseau français !

Permaculture

 en cours de rédaction

Maraîchage en permaculture et traction animale

C’est incroyable. Je m’apprête à me lancer dans l’aventure de la production avec quand même une appréhension : je ne me sens pas encore prêt pratiquement, il me manque de l’expérience, mes stages en permaculture ne m’ont pas permis d’acquérir suffisamment de connaissances précises adaptées au maraîchage. C’est alors qu’apparaît – à me lire on croirait de la magie, mais c’est presque ça – une nouvelle formation : maraîchage en permaculture et traction animale. On dirait qu’elle a été écrite pour moi. Elle arrive juste avant que je ne commence, pile sur le domaine que je vise (la traction animale est un plus, je ne pensais m’y atteler 😉 que plus tard) et elle est très orientée pratique. Je vais donc pouvoir apprendre des techniques de permaculture propres à la production maraîchère, et tester et mettre en application immédiatement les enseignements dans mes propres cultures. C’est idéal.

Reste le coût de la formation… Pour quelqu’un qui est passé à mi-temps et qui n’a pas encore d’autre revenu pour compenser, il n’est pas mince. Le responsable de l’organisme de formation qui propose la formation, Savoir-Faire & Découverte m’apprend que le Fongecif en plus de financer des CIF, peut également financer des « formations hors temps de travail », c’est à dire des formations que l’on suit sur ses congés ou le soir, bref quand on n’est pas au travail. Ça tombe bien, mon mi-temps me permet d’avoir des semaines complètes de congé et je m’arrange avec ma direction pour qu’elles tombent sur les semaines de formation.

Je retourne donc au Fongecif pour faire un nouveau dossier avec une nouvelle lettre de motivation pour cette nouvelle et dernière formation avant le grand saut ! Cette fois-ci la lettre sera illustrée, étant sur place et ayant commencé à m’activer, c’est plus clair en montrant les choses. De même, j’y annonce la création de ce site internet ! (Ça fait un peu mise en abîme tout ça : la lettre qui annonce le site qui met en ligne la lettre qui annonce le site…). Voici la lettre !

La commission du Fongecif a été convaincue par ma lettre et mon projet et finance la formation. C’est une excellente nouvelle !